Une étude Regus sur les réseaux sociaux


Les études abondent sur les réseaux sociaux, leur utilisation pour favoriser le "buzz", la marque, l'esprit d'équipe, y compris dans le voyage d'affaires. Mais les entreprises, en fait, restent sceptiques si l'on en croit l'étude publiée par Regus. Même si, à l’échelle mondiale, deux entreprises sur cinq affirment gagner de nouveaux clients grâce aux réseaux sociaux.


Regus Paris Haussman
Regus Paris Haussman
L' étude publiée par Regus indique que les réseaux sociaux sont devenus des outils de travail très en vogue : plus de 40% des entreprises dans le monde les utilisent pour gagner de nouveaux clients. En France, cependant, les entreprises ne sont encore que 33% à y faire appel.
Premier indice de l’intérêt que portent les entreprises aux réseaux sociaux dans le monde : plus d’un quart d’entre elles (27%) consacre un budget marketing exclusif à ce canal de communication. Afin de savoir si les entreprises croient à la nécessité d’intégrer les réseaux sociaux à la panoplie d’outils marketing qu’elles utilisent, Regus leur a demandé si, d’une part, elles avaient pu gagner de nouveaux clients par leur biais et si, d’autre part, l’efficacité de ce canal vaut qu’on lui consacre un budget marketing régulier et exclusif.
A l’échelle mondiale, les réseaux sociaux sont encore largement utilisés pour leurs fonctionnalités originelles :
- Rester en contact avec ses relations professionnelles constitue ainsi le premier usage pour 58% des personnes interrogées.
- Rejoindre un groupe ou un forum thématique est aussi populaire pour 54% des sondés.

Bien qu’un certain nombre de sceptiques (34%) pensent que les réseaux sociaux ne deviendront pas un outil essentiel de connexion entre les « vendeurs » et les « acheteurs », 51% des entreprises créent, suivent ou gèrent des communautés de clients pour obtenir des informations professionnelles utiles.
En termes d’emploi, 22% des personnes interrogées indiquent avoir trouvé leur dernier travail grâce aux réseaux sociaux, via des sites comme LinkedIn ou Viadeo (et leurs nombreux fonctionnalités avancées). La France se situe dans la moyenne mondiale (20%).

Les entreprises françaises encore en retrait…

En France, 20% des entreprises consacrent une partie de leur budget marketing aux réseaux sociaux, soit légèrement moins que la moyenne mondiale (27%). La proportion de personnes qui utilisent ces réseaux pour garder contact avec leurs relations professionnelles (58%) et pour rassembler des informations utiles (54%) est cependant comparable au reste du monde.

Seulement 32% des personnes françaises interrogées (par rapport à la moyenne mondiale de 44%) déclarent avoir été impressionnées par les contenus audio/vidéo présents sur le profil d’une entreprise. En outre, la France abrite la plus grande proportion de sceptiques vis-à-vis des réseaux sociaux (47% contre 34% au niveau mondial). Les français sont également moins nombreux que la moyenne internationale (61% contre 66%) à utiliser les réseaux sociaux à des fins personnelles.

Pour Olivier de Lavalette, Directeur Général Regus de la région Europe du Sud : « Cette enquête révèle que les réseaux sociaux sont devenus un outil de travail usuel. Bien qu’un noyau dur de sceptiques, notamment en France, continue de penser que ce canal n’est pas destiné à devenir un outil majeur de développement de la clientèle des entreprises, de nombreuses sociétés dans le monde y consacrent de véritables budgets pour partir à la conquête de prospects et entretenir les relations avec leurs clients.

Alors que la fonction la plus populaire de ces réseaux reste la mise en relation avec ses contacts professionnels, les entreprises arrivent à développer leur clientèle, à la fidéliser ou encore à interagir avec elle. En regard de sites comme Viadeo, réseau social professionnel français réunissant plus de 30 millions d’inscrits dans le monde, les réserves concernant l’utilité des réseaux sociaux en France peuvent étonner. L’étude indique ainsi que les entreprises n’ayant pas encore mis en place de stratégie sur les réseaux sociaux sont susceptibles de passer à côté d’opportunités de développement importantes. C’est en particulier le cas aux Pays-Bas (48%), en Inde (52%), au Mexique (50%) et en Espagne (50%) où les plus fort taux d’acquisition de nouveaux clients via les réseaux sociaux ont été constatés ».

…à l’exception des petites entreprises

L’étude s’est également attachée à analyser les différences d’usage en fonction de la taille des entreprises. Les petites entreprises semblent ainsi mieux utiliser les réseaux sociaux que la moyenne. En France, 39% des petites entreprises (contre 21% de grandes entreprises) ont trouvé de nouveaux clients par le biais des réseaux sociaux. Les petites entreprises françaises sont 61% (contre une moyenne globale de 54%) à utiliser les réseaux sociaux afin d’obtenir des informations pertinentes. Malgré cela, le pourcentage de collaborateurs ayant trouvé leur emploi en utilisant les réseaux sociaux reste légèrement supérieur dans les grandes entreprises (23%) que dans les petites entreprises (20%).

Sur le plan sectoriel, un nombre de sociétés de conseil supérieur à la moyenne (42%) a su trouver de nouveaux clients à l’aide des réseaux sociaux. Le secteur de la santé reste loin en retrait (13% de nouveaux clients recrutés), alors que la moyenne nationale se situe à 40%. Seulement 4% des sociétés du secteur de la santé ont consacré une part de leur budget marketing aux réseaux sociaux (contre 27% dans le monde). Étonnamment, près de la moitié des personnes interrogées sur le secteur des nouvelles technologies (51%) sont sceptiques vis-à-vis des réseaux sociaux, ne croyant pas à leur potentiel pour rapprocher les entreprises de leurs clients ou prospects.

Méthodologie de l’étude :

Les résultats de l’étude Regus prennent en compte l’avis de 15 000 entreprises de toutes tailles et de tous secteurs, réparties dans 75 pays, issues de la base de contacts Regus et interrogées en Février et Mars 2010. La base de contacts Regus est constituée d’un million de professionnels dans le monde et est très représentative dans la catégorie des managers seniors et des entrepreneurs. L’étude a été gérée et administrée par une structure indépendante : MarketingUK.