IMG_0793 (1)Baromètre American Express GBT : le voyageur au centre

Nous étions à l’EVP 2017 pour la présentation du traditionnel Baromètre européen du voyage d’affaires d’American Express GBT. Une bonne nouvelle pour commencer : cette année, le panel s’est élargi et compte désormais près de 1000 responsables de la gestion des déplacements professionnels au sein d’entreprises implantées en Europe.
Seconde bonne nouvelle : le voyage d’affaires commence à être pris au sérieux ! « Les entreprises ont largement évolué dans leur perception de leurs dépenses voyages avec près de la moitié d’entre elles qui considèrent désormais que c’est un investissement (une progression de 28 points en trois ans) et à ce titre, un pilier du développement de leur actif client » relève American Express GBT, qui note également que « la dimension «coûts», bien que toujours présente dans la constitution des programmes voyages est en recul au profit de la sécurité, la productivité et la satisfaction des collaborateurs ». Conséquence logique de cette irruption du voyageur dans la politique voyages : « les entreprises considèrent que la prise en compte de la voix des collaborateurs a un impact sur le choix de certains fournisseurs, faisant ainsi pressentir une forme de consumérisation du voyage d’affaires ». Tous les voyageurs d’affaires européens ne sont cependant pas égaux sur ce point : si 62% des responsables allemands interrogés déclarent prendre en compte la satisfaction de leurs voyageurs et faire évoluer en conséquence la politique voyages de leur entreprise, ils ne sont que 22% à faire de même parmi les responsables français…
Autre grande tendance du moment : le coût complet ou TCO. « Les entreprises se sont lancées dans la mise en place d’indicateurs pour mesurer le coût et le ROI d’un déplacement. La première étape consiste à réussir à évaluer le coût complet d’un voyage, ce que 66% des entreprises déclarent mesurer, chiffre stable par rapport à 2015. A noter aussi un intérêt croissant pour les entreprises qui ne le mesurent pas de disposer de méthodologies pour le faire » relève American Express GBT.

 

Fin des frais de roaming : c’est pour le 15 juin

Champagne au service « frais généraux » : un communiqué publié le 19 avril par la Commission Européenne confirme définitivement la fin des frais d’itinérance pour l’utilisation du téléphone portable au sein de l’Union Européenne, à compter du 15 juin prochain. Ne vous étonnez pas cependant si vous constatez une très légère surcharge sur les appels ou les sms passés/reçus depuis l’étranger. Le communiqué précise en effet que des plafonds s’appliqueront désormais aux tarifs de gros de l’itinérance, pour des montants que l’on pourra qualifier d’« insignifiants » : 0,032 centime d’EUR par minute pour les appels vocaux et 0,01 centime d’EUR par SMS !
L’affaire est un peu plus compliquée pour la navigation sur internet. « Pour les plafonds applicables aux données, une réduction progressive sur 5 ans est prévue pour passer de 7,70 EUR par Go (à partir du 15 juin 2017) à 6 EUR par Go (1er janvier 2018), puis 4,50 EUR par Go (1er janvier 2019), 3,50 EUR par Go (1er janvier 2020), 3 EUR par Go (1er janvier 2021) et enfin 2,50 EUR par Go (1er janvier 2022) » précise ainsi le communiqué de la Commission Européenne.

 

Connexion dans les aéroports : Flighright compare

Quelles sont les conditions de connexion dans les aéroports du monde ? Le portail des consommateurs pour les droits des passagers aériens Flightright a mené l’enquête et propose un tableau synoptique des conditions offertes aux web-surfers du monde entier. Un tableau qui permet de constater que le wifi gratuit (au moins pour une durée limitée) a gagné un terrain considérable au cours des deux dernières années.