Etude : que sera la mobilité de demain ?

« Multiplication des fournisseurs de mobilité intégrée », « déclin des voitures particulières », « démocratisation de la mobilité partagée » et « hausse de l’innovation et de la concurrence dans ce domaine » : voici les quatre grandes tendances distinguées par Olivier Wyman dans l’étude « Mobilité 2040 », menée auprès de « plus de 200 dirigeants et experts du secteur des transports à travers le monde » et relayée par le Centre National des Professionnels de l’Automobile. Une étude qui se conclue notamment sur cette série de quatre interrogations cruciales pour les opérateurs et professionnels du secteur :
1 – Vers quoi orienter les investissements, notamment en matière d’infrastructures et d’équipements ? Les équipements de transport ont une durée de vie importante, et il est clair qu’ils devront fonctionner jusqu’en 2040 dans un environnement de mobilité évoluant très rapidement ;
2 – Comment se positionner dans la chaîne de valeur de la mobilité pour assurer un accès aux données et défendre l’accès et la relation au client ? Avec l’émergence des fournisseurs de mobilité intégrée, les opérateurs établis devront lutter pour conserver leur relation avec leurs clients ;
3 – Comment gérer au mieux les pics de capacité : via l’optimisation de l’utilisation des équipements, la gestion de la capacité ou de nouveaux outils et services ? Le problème des pics de capacité va s’accentuer avec l’augmentation du trafic de passagers ;
4 – Comment accélérer l’innovation au sein de l’entreprise, notamment pour permettre aux opérateurs de transport de devenir fournisseurs de mobilité ? L’innovation est-elle possible en interne ou est-il préférable de l’acquérir en externe ?
Les questions sont posées, rendez-vous dans vingt ans pour découvrir les bonnes réponses…

 

Surcharges GDS : Lufthansa a fait des petits

Dans le landerneau du voyage d’affaires, tout le monde se souvient du tollé consécutif à la décision de Lufthansa d’appliquer une surcharge de 16€ pour toute réservation effectuée via un GDS. Deux ans plus tard, les géants du ciel européen emboitent le pas du transporteur allemand. British Airways et Iberia viennent ainsi d’annoncer l’application d’une surcharge de 9,5 euros pour toute réservation effectuée via un GDS à partir de novembre prochain. Et il se murmure de plus en plus fort qu’Air France s’alignera prochainement sur une position semblable. Les compagnies restent très discrètes sur le nombre d’entreprises passées à l’achat direct (et pour cause ?). Affaire à suivre en tous cas, pour ce qui se présente à l’évidence comme une hausse de tarif déguisée …

 

Classement : le pire et le meilleur de l’air

« Ponctualité », « qualité de service » et « efficacité du service client » : voilà les trois critères sur lesquels AirHelp a établi son « classement mondial des compagnies aériennes ». Pas de surprise tout en haut du classement, où l’on retrouve comme d’habitude les grandes compagnies asiatiques et du Golfe, avec Singapore Airlines, Emirates et Qatar Airways en guise de tiercé dans l’ordre. On étudiera en revanche avec davantage de circonspection les offres venant de Tunisair, Smartwings et Bulgaria Air, qui ferment la marche des 87 compagnies étudiées… Pas de surprise non plus en tête du classement des aéroports, dominé par Singapore Changi, Munich et Hong Kong et clôturé avec Manchester Airport, Gatwick et Kuwait Airport.