L’Atelier des connaissances de l’AFTM est passé le 30 janvier par les locaux de Citi (Paris 8e) pour une session consacrée à la carte logée, préparée et animée en collaboration avec Mastercard et HRG. L’occasion de mieux comprendre un produit aussi complexe qu’utile… 

Dans les Ateliers des connaissances, on n’hésite pas à rentrer dans le détail mais on n’oublie pas pour autant le B.A.-BA !

Illustration avec cette session du 30 janvier, organisée autour de trois questions fondamentales pour des responsables des déplacements professionnels intéressés par le concept de la carte logée ou désireux d’en optimiser l’utilisation :

 

    • La carte logée, qu’est-ce que c’est ?

 

« La carte logée est un compte-corporate dont le paiement est centralisé et conçu pour contrôler toutes les dépenses liées à un déplacement » définit-on en introduction de l’exposé. Une bonne façon, donc, de limiter le nombre de cartes pour le voyageur, de contourner le process fastidieux (pour lui comme pour l’entreprise) de la gestion de note de frais et de mieux piloter la politique voyages.

 

 

    • Quand, comment, où l’utiliser ?

 

L’aérien reste, de loin, le domaine d’utilisation majeur de la carte logée mais celle-ci peut également servir pour la réservation d’hôtels, la location de voitures, la réservation de train ou toute autre dépense liée au voyage … sous réserve d’acceptation de la carte par le commerçant. On est revenu en détail sur l’état des lieux sur ce point ainsi que sur le flux standard de données qui accompagne l’utilisation de la carte.

 

 

    • Comment choisir sa carte logée ?

 

L’Atelier a permis de lister les critères de sélection (taux de réconciliation, outils de reporting, niveau de relevé de compte…) ainsi que les informations à rassembler avant un appel d’offres (panel des dépenses, champ des données, estimation par pays…).

Un constat au final : l’implémentation d’une carte logée nécessite un vrai travail de maturation afin d’affiner la solution la plus adaptée avec tous les acteurs concernés (émetteur de carte, fournisseur de technologie, réseau, agence).

 

Les questions des participants ont également mis en valeur d’autres préoccupations : la mauvaise connaissance du produit « carte logée » par les directions financières, le souci de contrôle de la réconciliation des données, l’opportunité de leur récupération en temps réel, la précision dans la ventilation des dépenses effectuées, les cas limites d’usage de la carte logée, les vertus et des limites de la « carte virtuelle ».

 

Intervenants :

Citi : Mélanie Coutin (VP Products sales manager, TTS commercial card sales)

Mastercard : Julien Fierobe (responsable France moyens de paiement entreprises)

HRG : Olivia Diot (responsable marketing)

 

Atelier des connaissances Citi : « La carte logée »Réactions à chaud :

« Très utile. Cela me permettra d’expliquer à mes interlocuteurs internes un produit qu’ils ont vraiment du mal à comprendre. »

« C’est toujours mieux quand on se réunit chez le partenaire que dans une salle de réunion lambda ; ça change complètement le contact et ça invite chacun à mieux comprendre la problématique de l’autre »

« C’était court, mais c’était concret. L’atelier m’a permis d’éclaircir quelques zones d’ombre, même si je reste un peu inquiet sur l’aspect « réconciliation des données ».