Dîner-débat : le « pour » et le « contre » des programmes aériens

IMG_7228

Le 28 février au soir, l’AFTM a fait le point sur la validité des programmes aériens dans un monde tarifaire en pleine mutation.

« Est-il encore utile de négocier un programme aérien ? » : cette question était au centre du dîner-débat organisé par l’AFTM le 28 février au Pullman Paris-Centre Bercy et animé par François-Xavier Izenic et Jérome Drevon-Barreaux.
Difficulté pour accéder aux tarifs les plus favorables, dispersion des prix, attrait des outils de réservation non officiels, multiplication des frais additionnels et concurrence féroce des « programmes de fidélisation » : les responsables de la gestion des déplacements professionnels sont effectivement en droit de se demander s’il ne vaut pas mieux baisser les bras, ouvrir les vannes et s’en remettre au best buy. Mais il y a loin de la coupe aux lèvres et, parmi les travel managers et acheteurs présents le 28 février au soir, bien peu se sont de fait résolus à abandonner totalement le confort du contrat aérien. Les partenaires aériens présents se sont bien entendu attachés à défendre les vertus de ces contrats : l’accès à des tarifs favorables, bien sûr, mais aussi l’accès au reporting et la reconnaissance « corporate » qui permet de bénéficier d’un traitement privilégié en cas de souci.

Alors, « est-il encore utile de négocier un programme aérien ? ». Vous retrouverez dès cette semaine les « pour » et les « contre » dans le compte-rendu complet de l’événement, accessible dans la partie réservée aux adhérents de l’AFTM.