Le pour, le contre et le point sur une offre de plus en plus diversifiée : l’hébergement alternatif était au centre des débats le 29 novembre au soir.

 

img_6505

 

Ce n’est pas la première fois que l’on parlait d’hébergement alternatif à l’AFTM. Mais le sujet ayant tendance à devenir chaque semaine plus brûlant, un dîner-débat s’imposait. Il a eu lieu le 29 novembre au Paris Marriott Champs-Elysées, avec Serge Bacchus et Marjorie Chauty en maîtres de cérémonie.

Le propos était tout d’abord de dresser un état des lieux d’un secteur qui intrigue autant qu’il attire.

Originalité, convivialité, et surtout attractivité tarifaire pour un choix très large d’hébergements centraux : on a d’abord parlé des atouts de l’hébergement alternatif. Mais on n’a pas fait l’impasse sur les sujets d’inquiétude qui empêchent encore de donner le feu vert aux voyageurs : check-in et check-out problématiques, conditions d’annulation défavorables, inexistence dans les outils de réservation « officiels » et, surtout, incertitudes sur la localisation des voyageurs et leur sécurité.

Les témoignages des partenaires du secteur présents (Magic Stay et Sweet Inn) ont permis de constater que certains acteurs oeuvrent activement à répondre à ces craintes par des solutions plus adaptées aux attentes des responsables de la gestion des déplacements professionnels.

A l’évidence, une offre conçue spécifiquement pour le voyage d’affaires est en train d’éclore au sein de la nébuleuse « hébergement alternatif ». Face à cette évolution et à la pression montante de voyageurs rompus à la pratique de l’hébergement alternatif à titre privé ; difficile, aujourd’hui, de trouver un travel manager qui ne s’interroge pas sur l’opportunité de se lancer dans l’aventure. Mais plus difficile encore d’en trouver un qui a déjà sauté le pas : à la question « votre entreprise a-t-elle déjà intégré l’hébergement alternatif à sa politique voyages ? », on n’a vu aucune main se lever le 29 au soir…

En sera-t-il de même au prochain point d’étape ? Loin d’être sûr.