Partenaires, membres de l’association ou tout simplement amis : ils étaient plus de 800 à converger vers le Pavillon Dauphine le 18 décembre au soir pour la 10e soirée de l’AFTM. Une édition anniversaire qui méritait bien que l’on bouscule un peu le déroulement des festivités, avec un cycle inédit de 20 mini-ateliers en ouverture de l’événement.

Bien sûr, il y eut des retrouvailles, des surprises et du champagne. Mais avant tout cela, l’AFTM avait choisi de distiller un peu de contenu dans sa dixième soirée de fin d’année. Et même beaucoup puisque, de 18h à 20h30, l’association proposait un cycle d’ateliers de 20 minutes chacun et réparti sur quatre scènes différentes. « Comment faire gagner du temps au voyageur ? », « La data au service de la prédiction d’achat », « Le B2C, moteur du B2B » ou encore « La recette du voyage d’affaires « sexy » » : au total, les participants étaient invités à « picorer » dans un panier de vingt sessions, animées par des représentants des partenaires de l’association.

En déambulant entre les ateliers, on pouvait voir ressortir trois thèmes forts qui illustrent bien les préoccupations actuelles des acteurs du voyage d’affaires : la personnalisation des outils, l’ouverture de leur contenu mais aussi la difficulté de communiquer avec le voyageur, dans un monde où « l’e-mail commence à être has-been » et où les fournisseurs comme les entreprises se voient obligées d’investir les terres inconnues de Whatsapp, Snapchat ou Messenger.

La déambulation permettait également de faire ressortir le sigle de l’année : la NDC, cette fameuse New Distribution Capability qui interroge les gestionnaires du déplacement professionnel mais concentre beaucoup d’espoirs chez les acteurs de l’aérien, soulignant généralement qu’elle permettra de « sortir d’une logique purement tarifaire pour dévoiler l’offre dans toute sa richesse » (Emirates).

« Et l’humain dans tout ça ? », me direz-vous. C’était justement la question posée sur la scène 4, où l’on a conclu que « la technologie ne sera vraiment efficace que si elle se construit autour de l’attente client », même si, de ce point de vue, le marché pro continue de pâtir d’un certain retard (et de moindres moyens) par rapport au marché « grand public ».

On ne saurait conclure ce survol sans un immense merci pour les quatre sponsors de cette 10e soirée : Carlson Wagonlit Travel, Concur, Emirates , Sixt et TGV Lyria.

Découvrez les photos de la soirée