Pas la peine de se mentir : une réservation de train, c’est beaucoup plus simple à gérer sur une application que sur les canaux de réservation officiels. Alors comment gérer la dépense face à une offre ferroviaire de plus en plus éclatée et de mieux en mieux digitalisée ? Réponse le 3 octobre au terme du dîner-débat d’automne de l’AFTM.

Dans le monde ferroviaire, les bouleversements ne se limitent pas au changement d’appellation pour le TGV. Tandis que la grande vitesse gagne de nouveaux territoires en Europe, de nouveaux acteurs font leur apparition, en espérant tirer leur épingle d’un jeu qui s’ouvre de plus en plus à la concurrence. Dans le même temps, les gares sortent de leur fonction traditionnelle pour se transformer en véritables hubs d’intermodalité. De toutes ces évolutions, il sera fait état en introduction.

Et puis il y a la digitalisation. « La qualité des applications développées par les transporteurs poussent les voyageurs à s’affranchir de l’agence, comme ils l’ont fait pour leurs réservations loisirs » résume Claude Lelièvre, qui co-animera cet événement en compagnie de Bernard Hérault et Julien Hirsinger.

Alors comment garder la main sur les réservations ferroviaires ? Mieux : comment accéder à l’ensemble de l’offre ferroviaire en Europe et dans le monde (oui, il y a des solutions !) ? Et quels sont les canaux de distribution qui permettront à l’avenir de combiner les avantages du contrôle et de l’exhaustivité ? Réservez votre soirée du 3 octobre si vous êtes curieux de connaître les réponses à ces trois questions. À moins que vous ne préfériez rester à quai…

Pour vous inscrire, cliquez ici.