Au menu de ce nouvel Atelier exclusif d’Air France : les secrets du pricing mais aussi les multiples initiatives de la compagnie pour améliorer l’« expérience voyageur ».
DSC08690

C’est ici que se décide le tarif de votre prochain billet…

Qu’y a-t-il derrière le prix d’un billet ? La question était au cœur de l’Atelier des connaissances d’Air France, organisé le 15 décembre au matin au siège de la compagnie, à Roissy. Question vaste et même abyssale au regard de l’importance prise par le revenue management dans le modèle économique des compagnies aériennes. Apparu au milieu des années 90, le revenue management permet désormais de réaliser une recette additionnelle équivalente à 5 à 7% du chiffre d’affaires d’Air France-KLM, mobilisant 330 personnes destinées à délivrer le bon prix, au bon moment, à destination de la bonne catégorie de clientèle.
Les participants de l’atelier ont pu prendre la mesure de l’hydre tarifaire en visitant les plateaux dédiées au revenue management, véritable fourmilière en open-space où s’agrègent les différentes équipes, chacune dédiée à un marché régional. Ils ont pu, surtout, entrer dans les méandres du pricing grâce aux explications de Xavier Tausky (directeur inventaire-pricing-revenue management pour Air France-KLM) qui les a initiés à l’art de maximiser la recette totale d’un vol par le dosage subtil d’un coefficient de remplissage et d’une recette unitaire. Au total, 24 classes de réservation et « plusieurs millions de tarifs » selon la cabine de voyage, le marché de départ, la destination, le moment de la réservation, la situation concurrentielle, la cohérence avec le programme d’Air France-KLM et on en oublie volontairement pour ne pas trop encombrer la lecture…

DSC08696

Marine Gall

Attention aux attentions

Mais il n’y a pas que le prix dans la vie et l’Atelier des connaissances s’est poursuivi en compagnie de Marine Gall (directrice de l’expérience client long courrier) qui est revenue en détail sur toutes les innovations en cours ou prévues sur ce terrain de l’expérience voyageur : la poursuite du programme Best (avec le déploiement des nouvelles cabines sur le long courrier), la digitalisation des services, la formation du personnel à la « relation attentionnée » vis-à-vis des différentes clientèles, la remise en valeur de l’expérience Business ou encore le développement d’un projet d’excellence sur la restauration à bord, en collaboration avec de grandes « signatures » gastronomiques.

Pas de doute : la magie du « voyage en avion » n’est pas totalement éteinte…