L’hébergement alternatif était au menu de notre dernier dîner-débat de l’année, organisé le 29 novembre au Paris Marriott Champs-Elysées. L’occasion de vérifier que le concept continue de susciter des sentiments mêlés chez les responsables du déplacement professionnel : une vraie curiosité mais aussi une vraie difficulté à sauter le pas.

img_9551Le 29 novembre au soir, à la question « avez-vous déjà essayé l’hébergement alternatif ? », on a vu quasiment toutes les mains se lever. Mais à la question « l’avez-vous déjà intégré à votre politique voyages ? », on n’en a vu aucune…

Au fil des ans, le paradoxe devient de plus en plus patent. A titre privé, la plupart des travel managers ou acheteurs voyages ont déjà testé -et approuvé pour la plupart- cette nouvelle formule d’hébergement mais il reste, à l’évidence, une myriade de réticences à concrétiser cette appétence sur le marché pro : inquiétudes sur la procédure de check-in et de check-out, sur les conditions d’annulation défavorables, sur l’obligation du paiement anticipé, sur la non-intégration aux outils de réservation officiels, sur le manque de reporting et surtout sur l’assistance, la sécurité et la traçabilité du voyageur. Le dîner-débat a permis de lister ces différents freins mais également de démontrer qu’à côté de l’offre « grand public », il existe désormais certains acteurs qui savent s’adapter et proposer une offre spécifiquement orientée vers le marché pro. « Laissez-nous notre chance, ne serait-ce que pour mieux vous présenter notre offre ! Toutes les réticences que vous avez évoquées, nous y travaillons depuis trois ans et nous avons des réponses à vous apporter » plaidait ainsi en fin de séance Valéry Linÿer, fondateur de Magic Stay.
Au prochain diner-débat sur le sujet, il y a donc de fortes chances que l’on voit davantage de mains se lever à la question « avez-vous déjà intégré l’hébergement alternatif à votre politique voyages ? »…

Témoignez, réagissez sur