Chaque année, le « dîner-débat aérien » de l’AFTM constitue l’un des temps forts de la vie événementielle de l’association. Organisée le 10 février à l’hôtel Baltimore, l’édition 2015 n’a pas failli à la tradition : salle comble et chaude ambiance !

Le sujet, il est vrai, avait de quoi attirer l’attention et délier les langues : « mais qu’est-ce donc que PRISM ? », ce petit addendum que les compagnies aériennes du monde entier se font fort d’imposer dans leurs contrats corporate afin de bénéficier d’une vision complète de la consommation réelle de l’entreprise.  

Les travel managers et acheteurs présents ont pu en débattre avec Herman Mensink, vice-président EMEA du groupe PRISM, qui s’est attaché à dédiaboliser le plus célèbre des fournisseurs de datas de l’industrie : « non, PRISM ne collecte pas de données personnelles ; oui, PRISM peut vous aussi vous aider dans la consolidation de votre consommation aérienne », citant en exemple les grandes entreprises qui ont conclu un accord avec le groupe à ce sujet. Du côté d’Air France-KLM, représentée par Vincent Vogt, on soulignait que « 70% des contrats sont désormais basés sur PRISM » et on confirmait que cet outil pouvait être tout aussi utile à l’entreprise cliente qu’à la compagnie : « si vous voulez obtenir le maximum de la négociation, il faut un maximum de transparence et le seul moyen de vous donner des avantages est d’avoir une vision complète de votre consommation ».

IMG_0508

Des paroles certes rassurantes mais qui n’ont pas pour autant dissipé les griefs ou du moins les inquiétudes- des travel managers et acheteurs concernant l’intégration au forceps de PRISM dans les contrats aériens, que ce soit sur la confidentialité des voyages -notamment de prospection-, sur les process de conservation et de circulation des données ou sur les avantages réels que les entreprises peuvent retirer de cette opération dans la conduite de leurs négociations.

Autant de débats que les membres de l’AFTM pourront retrouver en intégralité dans les jours qui viennent dans le compte-rendu complet de cette soirée du 10 février.