bloc-notesBaromètre FCM Travel Solutions/DéplacementsPros.com  : optimisation des déplacements et règne du smartphone

Temps fort du dernier IFTM Top Résa, la présentation du baromètre FCM Travel Solutions/DéplacementsPros.com était particulièrement enlevée cette année. Au-delà des chiffres globaux sur l’évolution en volume et en valeur du marché (que l’on pourra retrouver sur cette version commentée en ligne), on retiendra surtout la poursuite des efforts d’optimisation des déplacements et la progression spectaculaire du mobile pour l’information mais aussi la réservation du voyageur. Concernant l’optimisation, on relève que seuls 11% des voyageurs interrogés (contre 20% dans le précédent baromètre) considèrent que leurs déplacements professionnels des dix derniers mois auraient aisément pu être remplacés par une visioconférence ou un échange téléphonique. Concernant la progression du mobile, on retient notamment que près des deux tiers des voyageurs utilisent désormais leurs apps mobiles pour rechercher des informations sur leur destination et qu’ils sont déjà 36% à utiliser leur smartphone pour s’enregistrer en ligne et 27% à l’utiliser pour leurs réservations. Last but not least, on notera le top five des sources de stress pour le voyageur : « rater l’embarquement à l’aller ou au retour » (76%), « le manque de ponctualité » du transporteur (73%), « voyager en avion sur le siège central » (66%), « la fatigue et le jet-lag » (65%) et enfin « la note de frais à faire au retour » (65%).

Etude Egencia : sécurité, encore un effort

Egencia vient de publier les résultats de son étude « Business travel and technology », qui montre qu’il reste du chemin pédagogique à accomplir pour convaincre les entreprises de la nécessité d’une politique voyages efficace pour la protection de leurs collaborateurs. Premier enseignement : seuls 53% des voyageurs d’affaires interrogés déclarent que leur entreprise a « mis en place une politique voyages » et, parmi ceux-ci, seuls 56% « affirment que cette politique intègre des consignes et des règles concernant la sécurité des voyageurs ». Mais ce n’est pas tout de mettre en place une procédure ; encore faut-il la faire respecter. Et ce n’est pas forcément le cas majoritaire. « 76% des voyageurs d’affaires français réservent eux-mêmes leur vol et leur hôtel sans passer par le système de réservation de l’entreprise » relève Egencia, qui ajoute que « 55% déclarent même réserver leurs hôtels préférés et 44% leurs vols sur leur compagnie aérienne préférée, qu’elle fasse partie, ou non, de la politique voyages de l’entreprise » ! Pas forcément un encouragement à passer à l’action…

Classement ACI : un record et du mouvement

C’est confirmé depuis la publication du World Airport Traffic Report d’Airports Council International (ACI) : avec 101,5 millions de passagers en 2015, l’aéroport international Hartsfield-Jackson d’Atlanta reste la première plateforme du monde et la première à passer la barre symbolique des 100 millions de passagers. Ce n’est pas le seul enseignement de ce rapport où l’on apprend notamment que « le trafic dans les pays émergents et en voie de développement a augmenté plus rapidement que dans les pays développés (+8,1% contre +5,2%) » et qu’on compte désormais 16 aéroports au-delà des 40 millions de passagers (deux fois plus qu’il y a dix ans). Dans le classement des aéroports les plus fréquentés, Pékin (90 millions de passagers) suit toujours Atlanta et précède désormais Dubai (qui passe de la 6e à la 3e place avec 78 millions de passagers), Chicago (77 millions, +9,8%) et Tokyo-Haneda (75,5 millions). Avec 65,8 millions de passagers (+3,1% par rapport à 2014), Roissy CDG occupe désormais la 9e place.

Baisse des tarifs aériens : ça se confirme (mais pas partout)

De septembre 2015 à septembre 2016, le prix des billets d’avion moyen a baissé en moyenne de 2,3% : c’est ce que l’on apprend dans la dernière livraison de l’indice des prix publié par la DGAC. Mais cette baisse globale cache des évolutions très disparates : les tarifs restent en fait relativement stables sur le long courrier mais chutent lourdement sur le moyen-courrier (-7,2% en glissement annuel) et plus particulièrement sur les vols intra-UE (-11,1%). Vous avez dit « effet low cost » ?

Quand les esprits s’échauffent en vol

Une pièce supplémentaire à verser au dossier « stress des voyageurs » : en 2015, l’IATA a recensé 10 854 incidents causés par des passagers incontrôlables ! Dit comme ça, cela peut paraître énorme même si, au final, cela ne représente qu’un incident tous les 1200 vols. Cela n’étonnera personne : l’alcool et la drogue sont de puissants moteurs d’énervement, impliqués dans près d’un quart des incidents. L’IATA tente donc de promouvoir les initiatives menées auprès des personnels des bars et duty-free des aéroports afin d’éviter la consommation immodérée d’alcool avant embarquement.