La pandémie va-t-elle accélérer le déploiement de NDC ? De nombreux observateurs le pensent.

Et l’annonce par Lufthansa que les agents de voyages ne pourraient plus réserver ses vols via le GDS Sabre dès le 30 juin prochain semble leur donner raison. Jorge Diaz, le Pdg d’AirGateway (un agrégateur) s’en réjouit ouvertement dans PhocusWire, estimant que « Lufthansa envoie un signal fort au secteur sur son engagement avec la distribution directe et NDC » (LIRE ICI).

John Melchior, un expert britannique du voyage d’affaires et du tourisme, explique sur le blog de Travel Tech Consulting que les crises ont toujours eu un rôle de catalyseur : « L’effondrement des valeurs internet et le 11 septembre 2001 ont permis à Expedia et Booking d’accélérer leur croissance et la crise financière de 2008 a entraîné l’émergence d’Airbnb. Je suis convaincu que la distribution alternative va devenir une force concurrentielle majeure » (LIRE ICI). Et de constater : « la réalité d’un monde post-Covid-19 est que les compagnies aériennes continueront à perdre de l’argent pendant de nombreux mois et poursuivront donc leurs efforts pour réduire leurs coûts, et notamment leurs coûts de distribution ».

Sur l’excellent site indépendant Skift, le journaliste Matthew Parsons tire un enseignement de la crise : « si elle a montré quelque chose aux entreprises, c’est bien la nécessité d’avoir des stratégies d’achat agiles pour résister à de telles tempêtes » (LIRE ICI). Et de citer Oliver Benoit, vice-président d’Advito, qui assure : « cette crise est la preuve que la gestion dynamique des performances, plutôt qu’un sourcing traditionnel, est beaucoup plus pertinente ». Dans un autre article de Skift, Steve Domin, patron de Duffel (un agrégateur), affirme : « la tarification dynamique, cette relation directe avec les entreprises et les clients, voilà ce que vont vouloir les compagnies aériennes » (LIRE ICI).

Dans le même papier, Alice Ferrari, Pdg de Travelfusion (autre agrégateur), donne un autre argument en faveur de NDC : « Covid-19 a mis en lumière l’un des grands problèmes auxquels les TMC sont confrontées, à savoir le service après-vente, donner aux voyageurs la possibilité de modifier, d’annuler ou de rembourser leur réservation, car il y a beaucoup de travail manuel. Or NDC va permettre d’automatiser ces process ». Et un représentant d’Amadeus d’aller encore plus loin : « en période de pandémie, un contenu plus riche comme le permet NDC, pourrait inclure des mises à jour sur la situation dans certaines destinations, sur les risques et les mesures de protection ».