Etre coincé dans un embouteillage aux abords de Paris est une expérience pénible pour tout le monde. Mais elle est plus douloureuse encore pour le voyageur d’affaires sorti pas tout frais tout frais de son vol long-courrier et qui regarde d’un oeil hagard tourner le compteur du taxi au milieu des voitures immobiles…
Au souci de l’heure effective d’arrivée s’ajoute en effet celui de l’addition finale : selon la gravité du bouchon, il faudra compter entre 5 à 10 euros de frais supplémentaires!
Mais le chemin de croix touche à sa fin si l’on en croit le secrétariat d’Etat aux Transports, qui vient de confirmer la mise en place, dès ce printemps, de voies de passage réservés aux taxis et aux bus sur les axes de liaison entre les aéroports et la capitale : on parle de « fin avril » pour l’A1 (liaison Roissy) et de « fin mai » pour l’A6a (liaison Orly).

Il convient cependant d’ajouter deux bémols à cette nouvelle. Le premier : la voie réservée ne couvrira pas l’ensemble du parcours puisque l’on parle de « 5 kilomètres » sur l’A1 et de « 3 kilomètres » sur l’A6a. Mais surtout, l’installation ne se fera que dans un sens (aéroport vers Paris) et il n’est pas prévu pour l’heure d’installer de voies réservées sur le sens « Paris vers aéroport », au grand dam des utilisateurs de taxis parisiens anxieux de rater leur vol.
Quand aux utilisateurs de VTC, ils ajouteront un troisième bémol : le véhicule qui viendra les chercher à l’aéroport ne sera pas autorisé à circuler sur ces voies réservées, à moins de s’acquitter de l’amende de 135 euros prévue pour cette infraction…

Réactions de TM

« Cette annonce va dans le bon sens même si mon entreprise continuera de privilégier l’utilisation des transports en commun lorsque c’est possible. »

« Tout ce qui peut améliorer la fluidité du trafic ne pourra que plaire aux voyageurs et si cela peut avoir un impact sur le prix des courses, c’est encore mieux. Cette voie n’est peut-être nécessaire qu’aux points chargés mais pourquoi pas dans les deux sens ? »

« C’est évidemment une bonne nouvelle pour ceux qui utilisent les taxis comme les cars Air France. Même si je ne peux m’empêcher d’avoir une pensée compatissante pour les automobilistes « ordinaires », qui perdront forcément de l’espace… »