Quand les ressources humaines rencontrent la politique voyages…

 

Une personne postulant à un emploi au sein de notre société vient de nous demander de consulter la politique d’entreprise en matière de déplacements avant d’envisager d’intégrer la société. En effet, les candidats demandent à être informés de la politique en matière de déplacements ainsi que des politiques en matière de congés, de retraite et de prestations de santé au cours de l’entretien. Au cours des deux dernières semaines, je me suis rendu à Chicago, à Austin et à Varsovie et, dans les grandes sociétés comme dans les petites, on m’a indiqué que les services de ressources humaines faisaient face à ce type de demandes.

ACTE Research confirme que cette pratique a cours dans le monde entier. Nous avons constaté, lors de notre étude réalisée en octobre 2017 en association avec American Express Global Business Travel, que 33 % des personnes organisant les déplacements d’entreprise indiquent que les candidats demandent à connaître la politique en matière de déplacements. 

 

Avez-vous constaté ce phénomène dans votre société ? Cette pratique est-elle répandue ? Les candidats à des postes de cadres supérieurs sont-ils les seuls à demander à connaître la politique ? Estimez-vous que votre politique en matière de déplacements pourrait influencer une personne dans sa décision d’intégrer votre société ? Vos cadres supérieurs estiment-ils que la politique en matière de déplacements influencerait une personne dans sa décision d’accepter une offre d’emploi ?

Les organisateurs de déplacements posent les questions ci-dessus dans le monde entier. Certains obtiennent des réponses, d’autres non. De quelle manière pouvez-vous obtenir des réponses ? La réponse est simple – établir des liens et saisir l’opportunité. Adressez-vous à votre service des ressources humaines et abordez la question du comportement des candidats en ce qui concerne la politique en matière de déplacements. Quels sont les points positifs et les points négatifs de la politique de votre société en matière de déplacements par rapport à celles de sociétés concurrentes qui souhaitent attirer un même candidat ? Vous ne devez pas nécessairement autoriser chacun à voyager en première classe et à descendre dans des hôtels cinq étoiles. Vous devez plutôt adopter une politique représentative de votre société, de votre culture et de votre secteur. Après avoir consulté votre service des RH, adressez-vous aux cadres supérieurs et assurez-vous que chacun partage le même point de vue en ce qui concerne la politique en matière de déplacements et la réalité de l’impact de cette politique sur le recrutement et le maintien en poste.

Association of Corporate Travel Executives
Greeley Koch

Directeur exécutif