Une nouvelle étude révèle que la flexibilité et la qualité de vie sont essentielles à la satisfaction des voyageurs d’affaires

Sur un marché du voyage de plus en plus fragmenté, et face à la prolifération des technologies qui offrent un choix plus vaste que jamais auparavant, les acheteurs de voyages d’affaires doivent trouver un équilibre entre la flexibilité et une politique de voyage sensée. Selon une nouvelle étude menée par ACTE Global (Association of Corporate Travel Executives) et développée conjointement avec American Express Global Business Travel (GBT), les voyageurs revendiquent de plus en plus la possibilité de pouvoir contrôler leurs expériences de voyage. Ainsi, les gestionnaires de voyages doivent s’adapter, tout en continuant à aligner les programmes de voyages sur les objectifs organisationnels et les contraintes liées aux ressources.

Cette étude, intitulée « Balancing Business Travel Tools & Policy for the Traveller Experience » (équilibrer les outils d’organisation des voyages d’affaires et la politique relative à l’expérience du voyageur), démontre comment les gestionnaires répondent aux exigences croissantes des voyageurs en matière de qualité de vie et d’autonomie sur la route. 37% des gestionnaires de voyages interrogés déclarent que les demandes en faveur d’un meilleur équilibre travail/vie privée ont augmenté. Cela représente une légère hausse par rapport à l’étude de 2017, selon laquelle ce chiffre s’élevait à 31%. Les options soulevées par les voyageurs semblent offrir de réelles possibilités d’économies : 32% des gestionnaires ont constaté une hausse des demandes d’utilisation des chaînes hôtelières, tandis que 22% ont déclaré que le nombre d’employés souhaitant partager leur hébergement avec des collègues augmentait. Près des deux tiers (61%) affirment qu’un plus grand nombre de voyageurs réclament une amélioration des technologies utilisées pour gérer les déplacements.

Les voyages d’affaires peuvent être une réelle source de stress et de fatigue. Toutefois, la mise en place d’un processus de collaboration peut contribuer à favoriser la bonne santé, le repos et la productivité des employés. Personne ne souhaite infliger à ses voyageurs des trajets pénibles et des politiques trop strictes. En revanche, un véritable dialogue répondant aux exigences des employés comme des employeurs peut réellement permettre aux deux parties d’atteindre leurs objectifs. Il s’agit dans ce cas d’un compromis qui devrait pouvoir satisfaire les deux parties. Pour en savoir plus sur cette étude, rendez-vous sur acte.org.

Association of Corporate Travel Executives
Greeley Koch

Directeur exécutif