Présentation express – Rategreen

Dans la mutation considérable qui s’annonce vers la transition écologique, les entreprises ont besoin de référentiels pertinents pour mesurer la performance des modèles économiques en regard des dimensions sociales et environnementales.

Rategreen, société à mission qui reverse une partie de son résultat à une association,  a développé avec l’AFNOR la notation RSE (responsabilité sociale et environnementale) normative et standardisée des voyages et déplacements professionnels, ainsi qu’un dispositif d’incitation, de pilotage et de financement associé ; les maîtres mots du dispositif : anticipation, simplification, transparence, pilotage :

  • Une note est calculée pour chaque élément du voyage (aérien, train, location de voiture, hôtellerie) et affichée au moment de la recherche pour guider le choix du voyageur
  • Une fois la sélection effectuée, une note globale est calculée, ainsi qu’un profil de performance portant sur 4 dimensions : environnementale, économique, sociale et sociétale
  • Suivant les outils de réservation, une fonction « préconisation » peut intervenir, permettant de maximiser la note en fonction du prix, de la localisation, voir du mode de transport (consulter un exemple de réservation hôtel)
  • Les données sont recueillies et accessibles en temps réel au voyageur et à l’entreprise

L’entreprise qui utilise Rategreen va ainsi disposer de données standardisées disponibles à tout moment sur le comportement de ses voyageurs en terme de RSE, et pouvoir forger un tableau de bord qui renseigne sur l’impact de sa politique voyage mais aussi piloter celle-ci, y compris en amont en faisant de cette notation un critère plus ou moins contraignant du choix des voyageurs.

Rategreen permet donc à l’entreprise de choisir les voyages qui produisent le moins d’impact négatif possible ; mais comme en matière de RSE, le 10/10 n’existe pas, Rategreen propose de compenser le reliquat par le dispositif Greenbonus :

  • L’entreprise choisit librement la valeur du point par voyage
  • Les points sont répartis en fonction de la note du voyage entre les voyageurs et l’association Green Travel Action, qui aide bénévolement les acteurs du Tourisme à s’améliorer et à se certifier
  • Les voyageurs sont incités à voyager le plus responsable possible pour avoir le plus de points, et l’entreprise aussi car ainsi son reliquat à financer sera d’autant plus faible
  • Exemple : l’entreprise a fixé la valeur du point d’un voyage à 1 euro ; si le voyageur choisit un voyage avec une note de 8/10, il récupère 0,8 points et l’association 0,2 points ; s’il choisit un voyage à 6/10, il récupère 0,6 points et l’asso 0,4 points
  • Le dispositif est ainsi totalement vertueux, puisque les voyageurs devront utiliser leurs points dans une cagnotte composée de produits responsables (produits bio, produits d’épargne basés sur la finance durable…)

Présentation express – Djocatravel

Créée en 2016, Djoca est devenue très rapidement l’une des principales centrales hôtelières françaises (20M de CA), avec un inventaire de 1,7 millions d’hotels , connectée avec tous les SBT et agrégeant les principaux fournisseurs et OTA, la plupart des channel managers et 12 000 hotels en direct en France. Société à mission 100% française et indépendante, bientôt BCorp, nous avons été les premiers, sous l’égide de la DAE, à proposer des hébergements gratuits aux personnels prioritaires ; nous avons conservé à temps plein, et encore maintenant, l’ensemble de notre personnel sans recourir au chômage partiel, et même amélioré notre SLA. Notre conciergerie est une vraie agence de réservation (modifications bien sur, mais aussi résa d’hotels hors système) et vérifie systématiquement toutes les arrivées ainsi que les conditions sanitaires, bien que nous fassions remonter aux voyageurs les labels et informations fournies par les hôtels. Notre H24 est là pour régler les problèmes de checkin et de paiement. En France, notre offre simplifie les process en incluant dans le tarif le petit déjeuner et la taxe de séjour.

Djoca propose aux entreprises soit de se connecter traditionnellement via leur agence, soit pour celles qui utilisent un SBT, de nous connecter et payer « en direct » sur le modèle des low-cost, soit d’utiliser notre Hbt ; en direct, Djoca garantit d’être toujours moins cher que les grands OTA, et pour les clients qui le souhaitent, Djoca propose un nouveau modèle disruptif en mode Saas, totalement transparent, tous les tarifs en net, 0 commission, 0 cout caché.

Djoca, en partenariat avec Rategreen, peut conseiller les directeurs d’achats à co-construire un programme hôtelier basé sur la performance RSE et vont lancer ensemble prochainement le programme Greendeal :

  • Sur abonnement
  • 0 commission
  • Hotels bénéficiant d’une note minimale de 6/10
  • Garantie pour l’entreprise que le prix payé sera toujours inférieur ou égal au prix pratiqué par l’hôtel sur son propre site internet ou en direct
  • Engagement de l’hôtel d’utiliser une partie de la marge supplémentaire réalisée dans des investissements durables visant à améliorer sa notation

Enfin, mon agence historique, Sydney Travel, créée en 1998, adhérente Manor, spécialisée dans la logistique pour de grandes agences évènementielles (Dentsu, Hopscotch, GL..), 20M de volume en 2019 ; aujourd’hui, je l’ai transformée en société à mission et modifié son nom en Sydney Green Business Travel ; j’ai changé le modèle économique pour passer sur un abonnement transparent à destination principalement des TPE/PME, et beaucoup investi dans la technologie pour créer un sbt nativement « green » en partenariat avec Rategreen incluant la NDC, modèle Saas, 0 commission y compris dans l’hôtellerie grâce à Djoca, préconisation multimodale et rebook d’un clic…

Quelle est votre histoire avec le business travel ?

j’ai quitté l’audit pour créer mon agence de voyages d’affaires il y a 22 ans ; toujours intéressé par la technologie, j’ai beaucoup investi dans les connectivités front et back et j’ai lancé il y a 5 ans la centrale hôtelière Djoca qui a connu une forte croissance.

En parallèle, depuis que j’ai géré le Forum Mondial de l’Eau en 2015 et une partie de la COP21, j’ai été en contact avec les acteurs du Développement Durable et je sentais bien qu’un secteur emblématique comme le voyage d’affaires ne pouvait pas se tenir à l’écart de cette lame de fond, mais la méthode punitive de la compensation carbone, dans laquelle sont encore ceux qui s’intéressent au sujet, ne correspondait pas à ma vision de l’écologie par la réduction maximale des impacts et l’incitation.

C’est pourquoi j’ai lancé Rategreen avec l’Afnor comme une notation neutre et standardisée de l’utilité sociétale et environnementale des voyages dont le CO2 n’est qu’un élément parmi de nombreux autres, afin d’inciter les voyageurs à optimiser leur impact et de fournir aux entreprises un outil de pilotage de leur politique voyage en matière de RSE et un tableau de bord en temps réel ; et pour être cohérent et en s’appuyant sur la loi Pacte, j’ai transformé aussi Djoca en société à mission qui va reverser une partie de ses bénéfices aux salariés et parties prenantes, et proposer un nouveau modèle totalement transparent, 0 commission, 0 cout caché, qui s’inscrit parfaitement dans cette économie solidaire et circulaire car il va permettre aux acheteurs de faire des économies substantielles en ayant la certitude de ne pas payer plus cher qu’en direct à l’hôtel tout en permettant aux hôteliers de mieux se rémunérer avec une meilleure traçabilité des clients et donc une meilleure qualité de service.

Pourquoi un partenariat avec l’AFTM aujourd’hui ?

J’ai toujours travaillé jusque-là en sous-traitant des agences (et ce sera toujours le cas pour partie), donc je n’avais pas vocation à être en relation avec les acheteurs.

Aujourd’hui, Rategreen et l’orientation vers un modèle « green » changent la donne. Rategreen est un système qui fonctionne quel que soit l’outil, quel que soit le fournisseur, y compris les concurrents de Djoca. Les interlocuteurs sont donc les directeurs RSE ou les Travel Managers qui, s’ils souhaitent instaurer Rategreen nous mettent en contact avec leur agence pour que l’api soit intégrée dans les outils de réservation.

Il était donc évident pour moi de rejoindre l’AFTM qui regroupe l’ensemble de la communauté des acheteurs voyages, afin que la démarche soit connue du plus grand nombre. Quant à Djoca, la centrale était surtout connue du réseau Manor, et le nouveau modèle présenté, tant par l’aspect connexion/paiement direct que par la transparence, le 0 commission et la garantie tarifaire, devrait séduire les adhérents.

Quelle est votre vision de l’évolution du marché des déplacements professionnels dans les mois à venir ?

je pense que tout le monde à l’AFTM connait les difficultés du secteur et les perspectives globales peu réjouissantes, et je n’ai pas une meilleure boule de cristal que les autres. Il nous faut gérer une incertitude de plus, soit. Par contre, le Covid a formidablement accéléré la fracture autour du modèle économique et révélé la faiblesse financière de beaucoup d’acteurs.

Contrairement à d’autres, j’ai choisi de considérer cette crise comme une opportunité, de croire que le « monde de demain » sera différent et d’investir en conséquence. Avec l’utilité sociale et environnementale, la transparence est pour moi centrale, tout comme la simplification. Le prix reste clé, mais cette crise a révélé que la fiabilité et la qualité de service et d’accompagnement du partenaire le sont tout autant. La co-construction client/fournisseur, là est l’avenir. Soyons agiles, et agissons.

Eric ESTEGASSY

Président