Dire que c’est une nécessité est une évidence. Il est néanmoins vital d’aller au-delà des mots et de la démagogie de cette formule pour agir. Il n’est pas question d’une « période transitoire », mais de l’avenir des associations, des réseaux d’influence, des salons professionnels et plus largement, de tous les groupements qui avaient fondé leur modèle sur la rencontre, les habitudes ou encore des cycles de production au « temps long ». L’AFTM n’est pas exempte de ce changement de stratégie. Je veux croire qu’au fil des ans notre association a su faire preuve d’agilité mais la crise actuelle l’invite une nouvelle fois à en faire la démonstration.

Le Conseil d’Administration de l’AFTM, en partie recomposé depuis notre assemblée générale de septembre dernier, est totalement mobilisé pour anticiper l’après crise de l’association. Il n’est pas question de donner raison à l’adage « les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés ». La grande majorité des travel managers et des acheteurs est familière de cet exercice d’anticipation dans le cadre de la gestion et de l’organisation de la mobilité en entreprise. Prévoir, évaluer, écouter, anticiper, adapter, veiller… Bref, les verbes ne manquent pas pour décrire l’importance des missions et tâches que nos adhérents doivent accomplir.

Un nouveau concept d’information et de communication pour l’AFTM

C’est donc en toute logique que certains de nos administrateurs, accompagnés d’un groupe informel d’experts, sont en train de construire un nouveau modèle de communication et d’information de l’AFTM afin, notamment, que l’association soit prête le jour où nous pourrons à nouveau interagir en présentiel. A dessein je n’emploie pas la formule de « retour à la normale » car justement, penser que la « normalité d’avant » sera celle de demain, tendrait à faire preuve d’un manque de discernement. Sans repartir d’une feuille blanche et sans balayer les acquis du passé, il faut cependant inscrire ces derniers dans une cohérence associative qui prenne en compte les profonds changements comportementaux et la responsabilité sociale, sociétale et environnementale, désormais incontournable.  

L’AFTM a fait le choix de modifier son rythme de production éditoriale dès cette année. Vous étiez habitués à nos livres blancs, qui se posaient en « attendus » annuels, dont la réalisation s’étalait sur 6 à 9 mois. Ils visaient à délivrer des clefs de compréhension de l’écosystème du travel management à nos membres et, plus largement, aux acteurs concernés par notre industrie. Notre dernier livre blanc – la RSE appliquée aux mobilités d’affaires-  amorcé avant la crise sanitaire,  est sans doute la version la plus aboutie de nos productions. 

Il nous apparaît pourtant que ce type d’ouvrage a sans doute « vécu », car nos adhérents sont aujourd’hui en attente de productions plus courtes, plus régulières, davantage tournées vers l’opérationnel, afin de mieux comprendre, de mieux appréhender les nombreuses et nouvelles problématiques liées à la mobilité. Ils souhaitent en effet bénéficier de documents synthétiques dont la réalisation peut répondre à l’urgence du moment. 

Au plus près, au plus vite !

Cette demande nous l’avons prise en compte dès le printemps dernier quand nous avons décidé de créer la rubrique « L’œil de l’AFTM ». Son but est de traquer l’information et les tendances de l’industrie, on peut dire que cette initiative est une réussite, mais ce n’est pas encore suffisant. Notre association doit pouvoir produire des fiches ou des mémos techniques dès que le besoin s’en fait ressentir. C’est donc ce nouveau modèle éditorial de l’AFTM que nous allons mettre en place.

A ce titre, nous consultons actuellement nos adhérents afin de recueillir et de prioriser les sujets à traiter sur le court terme. Nos adhérents seront beaucoup plus régulièrement questionnés afin que nous puissions composer un planning de rédaction en adéquation avec leurs attentes. 

L’association ne cèdera pas pour autant à l’immédiateté de la communication ou de l’information. Nos rédacteurs et nos experts s’attacheront en effet à prendre le recul nécessaire afin de diffuser des informations fiables et crédibles.  Le Conseil d’Administration n’exclut pas non plus la possibilité d’élaborer des ebooks, dont l’objectif serait de caractériser et d’explorer les évolutions ou tendances du marché.

Dans sa globalité l’activité événementielle doit se réinventer, la nôtre aussi !

Les enjeux sociétaux, avec en toile de fond l’enjeu climatique, imposent de fait une réinvention collective. Notre association n’y échappe pas évidemment.

La refonte de nos événements s’impose donc, il serait imprudent d’imaginer que nous les organiserons « comme avant », cela au moins pour quelques temps, gardons une dose d’optimisme !

Nos formats d’événements devront prendre en compte les grands principes de responsabilité sociale et sociétale et les contraintes sanitaires qui nous seront vraisemblablement imposées pendant de longs mois encore.

La transformation et l’hybridation des événements

Même si nous manquons de recul pour évaluer les effets sur les taux de participation, l’hybridation de nos événements va s’imposer.

Si un certain nombre de nos publics opteront pour une participation à distance, nous savons d’ores et déjà que beaucoup d’autres voudront être physiquement présents. Cela passera par une captation vidéo en live et la rediffusion de l’événement. 

L’organisation de nos événements n’en sera pas simplifiée et ce nouveau concept aura un impact non négligeable sur les coûts.

Notre agenda deviendra lui-même hybride, avec des rendez-vous digitaux, d’autres quand même en présentiel et certains donc en format hybride. L’association, organisant une cinquantaine d’événements par an, ne pourra se permettre de tous les capter en live. Un équilibre le plus harmonieux possible devra se mettre en place entre la région Ile de France et les autres régions. Nous ferons bien sûr le maximum pour proposer les formules les plus adaptées à nos adhérents et à nos partenaires. 

L’AFTM ne s’est pas reposée sur ses acquis en attendant cette reprise tant espérée. Nous produisons actuellement 2 à 4 événements digitaux par mois. Comme je l’ai dit précédemment et le plus tôt possible notre agenda sera complété d’événements hybrides et en présentiel. 

Les administrateurs et les délégués régionaux se joignent à moi pour dire leur grande détermination à assurer le meilleur accompagnement et l’aide la plus positive aux adhérents de l’AFTM, sans omettre leur soutien aux partenaires de l’association et leurs vifs encouragements aux autres acteurs de l’industrie, tous si affectés depuis plus d’un an.

 

Sincèrement 

Michel Dieleman